culture

Culture

La chanteuse française France Gall est décédée à 70 ans

 

 

La célèbre chanteuse française France Gall, 70 ans, est décédée dimanche matin à Paris des suites d'un cancer, a annoncé dans un communiqué à l'AFP sa chargée de communication Geneviève Salama.

"Il y a des mots qu'on ne voudrait jamais prononcer. France Gall a rejoint le "Paradis blanc" le 7 janvier, après avoir défié depuis 2 ans, avec discrétion et dignité, la récidive de son cancer", indique-t-elle, en référence à la chanson "Le Paradis Blanc" évoquant la mort et écrite par le musicien français Michel Berger, dont France Gall fut la muse et l'interprète.

Issue d'une famille de musiciens, la chanteuse avait connu le succès dès l'âge de 16 ans. Parmi ses chansons les plus célèbres figurent "Poupée de cire, poupée de son", puis "La Groupie du pianiste", "Si, Maman, si", "Ella, elle l'a", "Quelques mots d'amour", ou encore "Résiste".

France Gall, qui avait connu plusieurs drames personnels au cours de sa vie, était hospitalisée depuis mi-décembre officiellement pour une infection sévère. La chanteuse avait eu un cancer du sein un an après le décès subit de son époux Michel Berger en 1992 à 44 ans, d'un infarctus. Elle s'était retirée de la scène après le décès de sa fille Pauline de mucoviscidose en 1997, mais était sortie du silence en 2015 pour la comédie musicale "Résiste", qui remettait au goût du jour les tubes du couple qu'elle formait avec Michel Berger.

Egypte : une chanteuse condamnée à deux ans de prison pour un clip jugé indécent

 

Un tribunal du Caire a condamné mardi une jeune chanteuse égyptienne à deux ans de prison pour "incitation à la débauche", après son apparition dans un clip particulièrement suggestif.

L’histoire a commencé par un simple clip musical. Shyma, chanteuse de 21 ans, apparaît dans le clip de sa chanson « Andy Zoroof » (« J’ai des problèmes »), en multipliant les postures lascives dans ce qui semble être une salle de classe. Elle est ensuite arrêtée le 18 novembre après le dépôt de plaintes contre le clip, selon des sources sécuritaires.

Un tribunal du Caire l’a condamnée mardi 12 décembre à deux ans de prison et à une amende de 10 000 livres égyptiennes (480 euros). Le réalisateur du clip, Mohamed Gamal, a écopé de la même peine, selon la même source. Ils peuvent tous les deux interjeter appel.

La chanteuse n’imaginait pas « que tout cela allait arriver »

La chanteuse, accusée par le journal égyptien Youm 7 de donner « une leçon de dépravation aux jeunes », a affirmé dans une déclaration publiée sur sa page Facebook, ne pas avoir anticipé ces réactions contre son clip. « Je présente mes excuses à tous ceux qui ont été dérangés par le clip et l’ont considéré indécent », avait-elle écrit. Elle ajoutait ne pas « s’être imaginée que tout cela allait arriver » et qu’elle ferait ainsi « l’objet d’une attaque aussi virulente de la part de tout le monde ».

Ce n’est pas la première fois que ce type d’épisode judiciaire se produit en Egypte. Déjà en 2015, un tribunal égyptien avait condamné à un an de prison une danseuse accusée d' »incitation à la débauche » pour un clip suggestif jugé indécent.

Mort de Johnny Hallyday

 

 

Une légende de la chanson française vient de tirer sa révérence. Johnny Hallyday est mort dans la nuit de mardi à mercredi des suites d’un cancer à l’âge de 74 ans. La triste nouvelle a été annoncée par sa femme Laeticia. Né le 15 juin 1943, à Paris, d’un père belge et d’une mère française, Hallyday est l’une des plus grandes figures de la musique avec plus de 110 millions de disques vendus et une cinquantaine d'albums. A l’annonce de sa mort, les réactions se sont rapidement enchaînées sur la toile et dans les médias. Durant sa longue carrière, Hallyday considéré comme l'"idole des jeunes" a remporté de nombreuses distinctions, notamment aux Victoires de la Musique, ainsi que plusieurs prix honorifiques. Il est l'une des plus grandes icônes de la musique.

L’écrivain français Jean d’Omersson s’en va

 

L’écrivain et académicien français Jean d’Ormesson est mort dans la nuit de lundi à mardi des suites d’une crise cardiaque. Né en 1925 à Paris, Jean d’Omersson avait entamé son œuvre littéraire en 1956, publiant plusieurs ouvrages à succès et d’autres qui ont connu des échecs. Son premier roman "L’amour est un plaisir" (1956) ne s’est écoulé qu’a 2.000 exemplaires avant le succès de "La Gloire de l’Empire" (100.000 exemplaires), œuvre qui lui permet de décrocher le grand prix du roman de l’Académie française. En 1973, Jean d’Omersson rejoint l’académie, devenant son plus jeune membre. Durant son parcours, l’écrivain a également collaboré avec le journal Le Figaro avant de le diriger de 1974 à 1977.