POLITIQUE

Politique

« le Maroc en priorité »

 

 

 

Message à tous les marocaines (es) ,comment être sainte productif à soi et à autrui , rien n’est difficile à la recherche du parfait ,seulement avoir la volonté sans crainte ,nous cherchons l’intérêt du pays ,il nous suffit seulement le premier pas , tant que notre existence dans cet univers nous pousse à mettre à l’égard de nos yeux des objectifs à atteindre , tout simplement avoir la confiance de nos capacités ,a soi et à l’autre , en travaillant en communauté et l’esprit collectif sous le moyen de direction le coté éducatif et l’énergie morale et économique ,qui mènent et conduisent à la construction par le biais de l’entente ou l’image sera toujours claire ,et les chemins malgré les obstacles ,pour nous les marocains (es) facile à se dépasser ,la cohésion attachée et solicle soudée nous conduit à des résultats satisfaisants ,lorsque on y croit la masse automatiquement il faut attendre la réussite ,notre pays a besoin de nous ,la responsabilité reste notre nature ,rien nous oblige que notre consciences ,nous sommes surs de nos moyens et de nos capacités ,personne ne peut douter , le défi notre point fort ,la concurrence fait  parti de nos caractères ,vivons dans le Maroc ,pays de tolérance , d’humanité ,rien n’empêche aux marocains (es) d’être à la hauteur ,vu les contraintes du monde extérieur ,notre histoire le prouve ,nous sommes nobles ,et cette noblesse ca vient par la bonne foi ,protégeons notre entourage avec dignité ,avec prestige ,  la collaboration est une nécessité pour les biens du pays ,vraiment nous sommes fiers d’être marocains (es) , et nous estimons nous heureux ,dieu nous a protégé par un roi exceptionnel ,l’esprit ouvert ,créatif l’humanité sans cesse et sans dégout , parmi ses principes  la paix et l’un de ses  points d’appui ,avec certitude a mis le pays dans le bon chemin qu’il le mérite ,tous main dans la main ,tous le pays avant tout ,tous.au développement, nous sommes un peuple exemplaire sans aucun doute ,l’amour reste pour nous au roi et au pays ,nous sommes disponible à chaque instant nos âmes sont à la disposition ,vive le roi –vive le Maroc .

La Princesse Lalla Salma préside à Marrakech la célébration de la Journée nationale de lutte contre le cancer

 

 

La Princesse Lalla Salma, présidente de la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers, a présidé mercredi, au Palais des Congrès à Marrakech, la célébration de la Journée nationale de lutte contre le cancer.

Lors de la célébration, la Fondation Lalla Salma a présenté la synthèse et les recommandations du symposium "Cancer du sein au Maroc: une approche globale" organisé à Marrakech les 21 et 22 novembre, qui avait pour objectif de faire le point sur les avancées réalisées et les résultats des actions entreprises, dans le cadre du plan Cancer 2010-2019 en vue de la prévention, de la détection et du traitement du cancer du sein.

Ensuite, le Dr. Christopher P. Wild, du directeur du Centre international de recherche sur le cancer de Lyon, a animé une conférence sur le thème "Cancer du sein : un défi majeur et international ".

SAR la princesse Lalla Salma a par la suite, décerné le prix international pour la lutte contre le cancer au Pr. Claude Chardot, pionnier de la lutte contre le cancer en France. Le professeur Chardot a participé activement à la création de l’Institut national d’oncologie de Rabat. Il est professeur émérite de cancérologie à l’université de Nancy et directeur honoraire du centre de lutte contre le cancer de Lorraine.

SAR la princesse Lalla Salma a également remis le prix national au Pr. Hassan Errihani, un des premiers oncologues marocains, fondateur du premier diplôme national de spécialité en oncologie. Il est actuellement chef de département de l’oncologie médicale à l’Institut national d’oncologie de Rabat, directeur de l’unité de pédagogie et de recherche en oncologie, de l’unité de recherche translationnelle de l’université Mohammed v de Rabat et membre du comité scientifique de l’Institut de recherche pour le cancer de Fès.

La cérémonie a été clôturée par un concert exceptionnel du Deutsche Philharmonie Merck offert par la Merck Family Foundation.

A son arrivée sur le lieu de la cérémonie, SAR la Princesse Lalla Salma a passé en revue une section des Forces Auxiliaires qui rendait les honneurs, avant d'être saluée par M. Aziz Akhannouch, ministre de l'agriculture et de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, M. Moulay Hafid El Alamy, ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique et M. Abdelkader Amara, ministre de l'équipement, du transport, de la logistique et de l'eau, qui exerce les fonctions du ministre de la santé.

SAR la Princesse Lalla Salma a également été saluée par M. Abdelfettah Lebjioui, wali de la région Marrakech-Safi, M. Ahmed Akhchichine président du Conseil de la région Marrakech-Safi, M. Mohamed Larbi Belcaid, président du Conseil de la ville de Marrakech, Mme Jamila Afif, présidente du Conseil de la préfecture de Marrakech, Pr. Christopher Wild, directeur du Centre international de recherche sur le cancer de Lyon, Dr. Rachid Bekkali, directeur général de la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers et quelques membres de la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers.

HORST KOEHLER «ENCOURAGÉ» SUITE À SON HUIS CLOS AVEC LE CONSEIL DE SÉCURITÉ

 

Horst Koehler, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU au Sahara marocain a exprimé, hier mercredi à New York, sa satisfaction de sa récente tournée dans la région. Le responsable onusien a tenu la même journée une réunion avec les membres du Conseil de sécurité.

L’envoyé personnel d’Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, au Sahara, Horst Koehler, s’est déclaré «je suis encouragé» en réponse aux journalistes qui l’interrogeaient sur le déroulement des consultations qu’il a tenues à huis clos avec les membres du Conseil de sécurité. Koehler avait briefer les membres du Conseil de sécurité sur sa première tournée dans la région en octobre dernier.

Conseil de sécurité de l’ONU : la France, l’Italie, la Suède expriment le soutien à la redynamisation du processus.

Organe exécutif de l’Organisation des Nations Unies (ONU), le Conseil de sécurité est composé de quinze membres. Cinq permanents pourvus du droit de veto, à savoir la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie et dix élus pour une durée de deux ans.


En effet, depuis la présentation en 2007 de «l’Initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie de la région du Sahara», la majorité des membres permanents du Conseil de sécurité en exprimé leur soutien à l’initiative du Maroc. Ainsi, le mercredi avant le début de ces consultations, l’ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre, avait déclaré à la presse que la récente visite dans la région de Koehler s’inscrivait dans le cadre du «nouvel élan» pour le règlement de la question du Sahara. Delattre a estimé que la récente visite dans la région de l’envoyé personnel du Secrétaire général «s’inscrit dans le cadre du nouvel élan prenant place dans ce différend et que nous accueillons très favorablement».


De son côté, l’ambassadeur d’Italie à l’ONU, Sebastiano Cardi, qui assure la présidence tournante du Conseil de sécurité pour le mois de novembre, a indiqué dans une déclaration similaire que Koehler, qui vient d’achever une tournée dans la région, va expliquer au Conseil «ses idées et ses plans après ses rencontres dans la région». Pour sa part, l’ambassadeur de Suède à l’ONU, dont le pays siège actuellement au Conseil de sécurité en tant que membre non permanent, a dit «soutenir fortement une revitalisation du processus» de règlement de la question du Sahara. «Nous soutenons fortement une revitalisation (…) de ce processus et nous allons essayer de lui conférer une nouvelle dynamique», a-t-il déclaré à la presse.

Pour l’UE et l’UA la question est réglée: la RASD participera au sommet d’Abidjan

 

 

Après consultations, l’Union africaine a résolu la question de la participation de la RASD au sommet UE-UA des 29 et 30 novembre par une position qu’elle partage avec l’UE, et le Maroc.

La RASD participera au sommet Union européenne – Union africaine les 29 et 30 novembre à Abidjan. C’est ce qu’ont exprimé la vice-présidente de la Commission européenne Federica Mogherini et le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat, au coursd’une conférence de presse conjointe le 22 novembre à Bruxelles.

 
 

"Pour nous cela était clair que la participation au Sommet était une question à gérer au sein de l’Union africaine, du côté africain, tout comme c’était le cas pour l’Union européenne du côté européen. Nous avons exprimé l’intérêt que tous soient présents au Sommet à Abidjan, et bien sûr, nous avons soutenu les démarches, le travail que le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat a conduit ces derniers mois, avec une capacité extraordinaire de résoudre une question qui aurait pu être compliquée", déclare Federica Mogherini.

La question est donc définitivement réglée ? "Au niveau de l’Union africaine, nous avons résolu le problème. L’ensemble des membres de l’UA vont prendre part", répond Moussa Faki, qui n’emploie pas l’expression "d’État membre". "Bien sûr, cela ne change en rien notre position sur le Sahara occidental", ajoute d’ailleurs Federica Mogherini.

Le Maroc se satisfait-il aussi de cette solution ? "Je me suis rendu au Maroc. J’ai eu l’occasion de rencontrer Sa Majesté le roi. Nous en avons discuté. Je crois que de ce point de vue, la position de l’UA est acceptée par l’ensemble de ses membres", ajoute le président de la Commission de l’UA. Moussa Faki avait été chargé en octobre par le Conseil exécutif de l’UA de trouver un consensus sur la participation de la RASD au sommet. Le Tchadien avait alors entamé des consultations auprès du président de l’UA en exercice, Alpha Condé, le président du pays hôte Alassane Ouattara, et la Commission européenne avant de se rendre au début du mois de novembre à Rabat où il a été reçu par Mohammed VI.

Le roi devrait d’ailleurs assister à ce sommet, confirment des sources diplomatiques, alors que le Cabinet royal n’a pas encore communiqué sur cet éventuel déplacement. Selon nos informations, le chef de l’État séjourne actuellement au Gabon, à moins d’une heure et demie de vol d’Abidjan.Selon Le360.ma, le roi effectuera une visite de travail et d'amitié de trois jours en Côte d'Ivoire à partir du 1er décembre, au lendemain au sommet.